Après une longue période de batailles, d’hostilité et de mise à l’écart, vers les années 70 l’Implantologie Orale a enfin commencé à susciter un vif intérêt chez de très nombreux praticiens libéraux et les représentants les plus clairvoyants de l’Odontologie Officielle.
C’est ainsi qu’on a vu se multiplier les différentes techniques d’implants et, par conséquence logique, les congrès internationaux et nationaux de succès.
De plus, pour le marché de l’odontologie, toujours très attentif aux évolutions et aux nouveautés, de nouveaux horizons commerciaux se sont ouverts, riches en espoirs et en promesses pour les bénéfices futurs liés à la vente des matériaux employés pour réaliser les systèmes d’implant.

Si, d’une part, ce changement a apporté une bouffée d’oxygène aux forces épuisées des idéalistes qui, malgré la situation difficile, croyaient encore dans l’avenir de l’implantologie orale, de l’autre, la « bagarre » d’intérêts non-scientifiques qui en est dérivée s’est répercutée pendant des années sur le progrès et sur l’affirmation de cette super-spécialité d’avant-garde.
En effet, suite à une augmentation commerciale intense et menée sans discernement, mise en œuvre sans l’instruction nécessaire et optimale des utilisateurs, à la fois au niveau chirurgical et prothétique, les échecs se sont multipliés et, comme il fallait s’y attendre, ils ont été soumis à l’attention des Cliniques Universitaires et des Hôpitaux.
Les réactions de l’Odontologie officielle et de la Chirurgie maxillo-faciale contre cette union entre marché et pseudoscience ont été si violentes qu’elles ont décidé de bannir de leurs congrès les systèmes implantaires et leurs créateurs.
Bref, il y a eu une nette dichotomie entre les praticiens libéraux, qui ont continué avec leurs congrès, et les universitaires et les maxillo-faciaux qui, dans leurs manifestations scientifiques, ont exclu tout discours sur l’implantologie endo-osseuse.

Quelques universités se dissocièrent toutefois, même si très prudemment, de cette aversion générale comme celle de Modène, dirigée par le Prof. Benito Vernole, celle de Pise, dirigée par le Prof. Renato Benedettini, celle de Milan, dirigée par le Prof. Oscar Hoffer et celle de Parme, dirigée par le Prof. Rusconi, et où les Professeurs Ugo Pasqualini, Sebastiano Lo Bello et Nazario Marini tenaient leurs cours.
C’est justement Sebastiano Lo Bello qui, à l’occasion du Congrès de Kyoto en 1975, proposa de créer une association internationale concentrée exclusivement et rigoureusement sur l’aspect scientifique. En effet, il était conscient du dommage apporté au succès mondial de l’implantologie orale par cette dichotomie, et il était exaspéré par le caractère malséant des publications scientifiques et des organisations de congrès, qui étaient intéressées seulement par l’argent.

Après une réunion informelle, pendant laquelle M. Lo Bello expliqua la nécessité d’une information libre et indépendante et s’engagea à rédiger les statuts de l’association, les implantologues les plus connus et les plus intègres de l’époque adhérèrent à cette initiative.
C’est sur cette toile de fond que le Congrès de Chirurgie Maxillo-faciale d’Ortisei de 1976, sous la Présidence d’universitaires et de chirurgiens maxillo-faciaux, a accepté l’implantologie comme partenaire de l’organisation et des publications scientifiques pour la première fois après de nombreuses années.

En 1978, la nouvelle association proposée par M. Sebastiano Lo Bello fut officiellement ratifiée sous le nom I.R.C.O.I. – INTERNATIONAL RESEARCH COMMITTEE OF ORAL IMPLANTOLOGY et entreprit avec succès sa tâche d’information scientifique au niveau international.

Furent élus à la tête de l’association :

Prof. Sebastiano R. Lo Bello – Président International IRCOI
Prof. Ugo Pasqualini – Président IRCOI Italie
Prof. Amedeo Bobbio – Président IRCOI Brésil
Dr. Serge Brauner – Président IRCOI France
Prof. H.G. Jakobs – Président IRCOI Allemagne
Prof. Samuel Tadros – Président IRCOI Koweït
Dr. Anthony Ricciardi – Président IRCOI États-Unis

Les statuts furent approuvés et, surtout, le comité établit la règle fondamentale et inéluctable de la totale indépendance de l’association de toute implication commerciale autre que les classiques parrainages de congrès.
Une action didactique fut mise en place pour la préparation professionnelle des membres IRCOI sur les types d’implants les plus connus , ainsi que sur la collecte de données statistiques sur les résultats obtenus.
Les Congrès furent également ouverts, sans différence aucune, à tous ceux qui avaient soumis à la commission scientifique un petit résumé et du matériel iconographique appropriés, et ceci uniquement afin de sauvegarder une information scientifique sérieuse et adéquate.

Bien entendu, cette indépendance provoqua de sérieuses difficultés dans la gestion économique de l’association. Pourtant, dans la plupart des cas, on fit face à ces difficultés avec enthousiasme, grâce à l’intervention directe des élus aux instances de l’association et de nombreux associés.
Les 24 années qui ont suivi ont vu de nombreux changements dans les instances dirigeantes internationales et nationales, de nouveaux groupes nationaux ont été créés comme Israël, la Grèce, le Royaume Uni, l’Argentine, la Yougoslavie, l’Inde, l’Arabie Saoudite, Cuba, le Chili et la Roumanie et l’IRCOI a promu des manifestations remarquables de haut niveau scientifique.

Tous les objectifs n’ont peut-être pas été atteints. Toutefois, l’IRCOI peut se vanter d’être la seule association qui, pendant 26 ans, a été complètement autonome du point de vue économique, et qui a sauvegardé constamment, à travers ses nombreuses manifestations scientifiques, les principes fondamentaux qui ont été à l’origine de sa naissance. Il s’agit de principes d’information et de didactique basés sur l’honnêteté, sans aucun but commercial, et ouverts à toute idée et recherche dignes de ce nom.

L’IRCOI reprend aujourd’hui son activité d’information et de formation avec une vigueur renouvelée, un grand engagement et un travail minutieux grâce à un comité provisoire pour le renouveau formé par un groupe de jeunes experts implantologues dirigés par les Professeurs Lo Bello et Cataldo.
En effet le 18th IRCOI WORLD CONGRESS est déjà à un stade de préparation avancée, il se tiendra dans le fastueux Palais Royal des Bourbon (résidence d’été) de CASTELLAMMARE DI STABIA les 31 Mai, 1 et 2 juin 2012.

Comments are closed.